webleads-tracker

Transformation numérique de l’entreprise : les salariés français sont majoritairement pour

Transformation numérique de l’entreprise : les salariés français sont majoritairement pour

Le Boston Consulting Group (BCG) vient de publier sa première étude sur la transformation numérique des organisations françaises. Deux cents dirigeants d’Entreprises Intermédiaires et mille salariés d’ETI et de grands groupes ont été questionnés.

Où en sont les organisations françaises dans leur transformation numérique ? Quel est le niveau d’urgence pour initier cette transformation ? Les salariés sont-ils prêts ? 

La plupart des salariés est largement convaincue de l’urgence de la transformation numérique de leur organisation, de l’impact sur leur employabilité et du potentiel de risques inhérent à l’Intelligence Artificielle (IA). Mieux encore, ils se projettent volontiers comme acteurs de cette transformation et sont aujourd’hui désireux de bénéficier de formations sur le sujet. Mais des différences notables existent entre grands groupes et ETI.

Les salarié(e)s français sont donc majoritairement enclins à participer à la transformation numérique de leur entreprise.

L’Intelligence Artificielle s’est aujourd’hui imposée comme une composante du fonctionnement des organisations. Près de 60% des salariés affirment avoir une idée assez précise du terme intelligence artificielle, 55 % celui d’algorithme et près d’1/4 celui de machine learning. Même s’ils demeurent conscients des risques et dérives potentielles liés à l’exploitation des données, 9 salarié(e)s sur 10 appréhendent positivement son impact sur leur performance et leur bien-être (62%) au travail.

Moins d’1/3 des dirigeants en ETI déclare avoir formé ses salarié(e)s aux usages de l’exploitation des bases de données.

Les salarié(e)s sont pleinement convaincus que l’accélération de la transformation numérique de leur organisation et leur propre formation aux nouveaux usages sont vraiment nécessaires.

Les salarié(e)s considèrent majoritairement qu’il est urgent pour leur organisation d’initier sa transformation (68 % dans les ETI – 77 % dans les grands groupes). Les 2/3 d’entre eux font confiance à leurs managers pour que cette transformation s’accélère. Élément encourageant, ils se projettent volontiers comme acteurs de cette transformation ! Ainsi, plus des 2/3 des salarié(e)s questionnés affirment que les entités métiers doivent participer activement à cette transformation.

Les dirigeants des entreprises intermédiaires sont également convaincus des gains de performance que peut offrir l’exploitation des bases de données 

Pour que cette transformation ait le maximum de chances de réussite, former les équipes est crucial. Pour autant, force est de constater que moins d’1/3 des dirigeants en ETI déclare avoir formé ses salarié(e)s aux usages de l’exploitation des bases de données. En revanche, si l’on en croit les dirigeants ayant déjà formé leurs salariés, la transformation numérique a déjà commencé à impacter positivement les résultats de l’entreprise : 1/3 des dirigeants d’ETI déclarent en effet qu’une fois leurs salariés formés, leur transformation numérique s’est avérée être un véritable succès (vs 22% sans formation).

Les dirigeants sont donc aujourd’hui plus que conscients de l’importance et de l’urgence de la transformation numérique : ils ne se posent plus de question à ce sujet… Les demandes de formation affluent pour impliquer tous les métiers et grandes fonctions de l’organisation dans cette dynamique de transformation.

Les dirigeants des entreprises intermédiaires sont également convaincus des gains de performance que peut offrir l’exploitation des bases de  données :  50% d’entre eux voient dans l’utilisation et l’exploitation des données un vecteur d’augmentation de leur CA de plus de 5% et 60% investissent plus dans ce domaine par rapport à l’an passé. 

Bien que leurs entreprises aient progressé dans leur manière de collecter et exploiter des données, les dirigeants d’ETI s’en tiennent au renfort de leurs fondamentaux, négligeant pour l’instant le potentiel d’innovation de la donnée.