webleads-tracker

Les entreprises françaises visualisent-elles leurs datas dans leur globalité ?

Les entreprises françaises visualisent-elles leurs datas dans leur globalité ?

Une enquête récente de Making Science Group s’est penchée sur l’exploitation des datas par les organisations hexagonales, ainsi que sur les dispositifs qu’elles mettent en place pour se mettre en conformité avec le RGPD. 50% d’entre elles n’ont pas accès à une vision globale de leurs données.

Cette enquête met en lumière que 50% des organisations françaises procèdent à des analyses de leurs données en silos, ce qui les prive d’une vision globale de leurs activités. Mais aussi que 11% des organisations n’effectuent aucune mesure de leurs données. L’enquête a été menée auprès de 603 marketeurs d’entreprises françaises œuvrant au sein de 3 secteurs clés : les services financiers, le secteur touristique et la vente au détail. 

La plupart des organisations hexagonales sondées s’appuient sur des solutions d’Intelligence Artificielle pour l’enrichissement de leurs données

Si l’immense majorité des organisations françaises questionnées exploitent leurs données, près de 60% % d’entre elles le font par le biais d’une analyse générale : le commerce de détail (65 %), le secteur touristique (59 %) et les services financiers (50 %). La moitié des organisations qui utilisent leurs bases de données le font pour acquérir de nouveaux clients, fidéliser leurs clients actuels (48 %), augmenter la notoriété de la marque (45 %).

La plupart des organisations hexagonales sondées s’appuient sur des solutions d’Intelligence Artificielle pour l’enrichissement de leurs données, près de 50% les utilisent pour rendre leurs campagnes publicitaires plus performantes et 41 % pour recommander leurs produits. 1/3 utilise ces dispositifs pour l’optimisation de leurs sites web.

Pour héberger leurs données, les data lakes et le CRM sont les dispositifs les plus utilisés, respectivement par 43% et 38% des organisations. Près de la moitié (48%) des sociétés de vente au détail les privilégient, contre 37% des organisations de services financiers et 28% du secteur touristique.

Garantir la qualité de leurs données étant pour elles une priorité, 60% utilisent des dispositifs internes pour y parvenir, tandis que la moitié exploite des plateformes externes.

Tous secteurs confondus, les organisations françaises collectent leurs données à partir de sources online (85%) plutôt offline (45%) ; garantir la qualité de leurs données étant pour elles une priorité. 60% utilisent des dispositifs internes pour y parvenir, tandis que la moitié exploitent des plateformes externes.

Enfin, si la plupart des organisations françaises ont fait ce qu’il fallait pour se mettre en conformité avec le RGPD, une sur dix d’entre elles ignore toujours si elles est concernée par cette règlementation européenne et 5 % déclarent n’en avoir jamais entendu parler. Fait encourageant, 4 organisations sur 10 possèdent en interne les compétences nécessaires pour assurer leur conformité, alors que 3 sur 10 font appel à des experts externes pour y parvenir.

« S’il est très positif de constater que beaucoup d’entreprises ont adopté des solutions d’Intelligence Artificielle, il y a encore de bonnes marges de progression en ce qui concerne l’enrichissement des données » déclarent les auteurs de l’enquête. Le constat que la majorité des organisations questionnées se servent de leurs données pour des analyses générales, et déclarent les effectuer en silos, signifie qu’elles n’exploitent pas pleinement les données qu’elles ont à disposition, ce qui a pour conséquence de passer à côté de données informatives qui pourraient optimiser grandement leur performance digitale. Ces entreprises auraient tout intérêt à adopter des solutions avancées pour réellement valoriser leurs actifs.