webleads-tracker

La sous-exploitation des données BtoB en question

La sous-exploitation des données BtoB en question

Les entreprises ont aujourd’hui pris conscience que les données représentent pour elles un nouvel et précieux actif, elles disposent de tout un tas de solutions informatiques et de méthodes innovantes pour les collecter, les stocker et les traiter, du cloud aux applications d’intelligence artificielle (IA), outils CRM, etc. Néanmoins, l’ignorance de par où commencer peut en dissuader certaines de les exploiter. Voici quelques pistes incontournables pour amorcer l’exploitation de vos données.

Vous devez fixer un objectif précis à l’exploitation de vos données.

Plutôt que de stocker un maximum d’informations disponibles, les organisations doivent avant tout viser la résolution d’une problématique métier particulière, et identifier pour cela les données les plus significatives. A cette fin, elles doivent adopter une approche ciblée et organisée.…

Vous devez veiller à l’harmonisation et l’organisation de vos bases de données.

Les organisations détiennent souvent un grand nombre de données informatives brutes et statistiques provenant de sources diverses, obtenues par des enrichissements successifs. Ces données peuvent être redondantes ou mal normalisées, et donc, pour nombre d’entre elles, inexploitables. On peut également noter qu’environ 1/3 des données au sein d’un CRM deviendrait obsolète chaque année (Informatica). Il est donc essentiel, pour amorcer une exploitation de vos données, de « nettoyer » vos bases de données, de façon régulière, pour éliminer les doublons, les erreurs, etc., pour ensuite vous pencher sur la valorisation possible de ces informations.

En complément de toutes ces données, vous pouvez aussi acheter ou louer des bases de données externes.

Redécouvrez la richesse de vos propres données.

Souvent, les organisations sous-exploitent la qualité des données qu’elles détiennent en interne : informations sur leurs salarié(e)s, listes des contacts de leur force commerciale, informations financières des comptables, informations sur les achats des clients, SAV, formulaire via un site web, appels téléphoniques, etc. En complément de toutes ces données, vous pouvez aussi acheter ou louer des bases de données externes.

Si vous choisissez de travailler cette problématique avec un fournisseur de bases de données, ce dernier analysera et recoupera des millions d’adresses e-mail clients en croisant des bases propriétaires et tiers.

Autre piste intéressante, vous pouvez recueillir tout un tas d’informations précieuses sur les réseaux sociaux : les interviews parues dans la presse, les mises en relation, l’analyse des interactions avec leurs followers, peuvent augmenter sensiblement votre connaissance client. D’autres sources libres d’accès, comme l’Institut national de la propriété industrielle [INPI], Institut national de la statistique et des études économiques [INSEE], etc., peuvent vous fournir des informations fiables et très utiles.

Croisez vos données pour leur enrichissement.

Lorsqu’elles sont croisées, vos données peuvent vous fournir des informations nouvelles. En effet, l’analyse et le croisement de vos données structurées et non structurées vous permettront par exemple l’identification du bon interlocuteur et la détection d’opportunités inédites.

Comment acquérir une meilleure connaissance de vos clients lorsque vous ne disposez que de leur seule adresse e-mail ?

Si vous choisissez de travailler cette problématique avec un fournisseur de bases de données, ce dernier analysera et recoupera des millions d’adresses e-mail clients en croisant des bases propriétaires et tiers. Cette méthode permettra une identification moyenne de 45 % des adresses e-mail. Grâce aux informations découlant de cette opération, vos équipes marketing et commerciales pourront établir la typologie de leurs clients : classement par sexe, localisation géographique, tranche d’âge… Elles pourront ainsi communiquer avec leurs clients, au bon moment, avec des offres plus personnalisées.