webleads-tracker

La science des données au secours du commerce de centre-ville

La science des données au secours du commerce de centre-ville

La science des données pourrait totalement révolutionner les pratiques du commerce de détail, de l’optimisation de la tarification à la personnalisation du ciblage des clients. Pour autant, pour que cela devienne opérationnel, l’entreprise n’a pas nécessairement besoin de data scientists diplômés. Il est en effet beaucoup plus judicieux pour les commerçants de doter leurs équipes des compétences ad hoc. Grâce à leur formation et à des solutions logicielles adéquates, les employés peuvent eux-mêmes analyser les données de manière efficace.

La pandémie a provoqué un incroyable essor de la transition numérique.

Les magasins devant temporairement fermer, les pénuries d’approvisionnement… sont parmi les nombreuses difficultés auxquelles les commerçants doivent faire face en raison de la pandémie et qu’ils doivent gérer… Si les commerces dits « essentiels » et e-commerces sont moins impactés, les autres souffrent particulièrement de la crise. Afin de tenter de résister, ces commerçants « non essentiels » ont trouvé comme planche de salut : Internet. D’après une enquête de la Fevad de janvier 2021, l’activité du e-commerce a atteint 112 milliards d’euros en 2020, en hausse de 8,5%. Cette augmentation est principalement due à la progression des ventes de produits sur internet, estimée à +32%. Par ailleurs, en 2020, on comptait 17 400 sites supplémentaires par rapport à l’année précédente.

Une analyse fine des données collectées peut aussi expliquer les raisons de la vente de certains articles ou de ce qui a motivé les clients à visiter le magasin.

Pour autant, l’essor des offres en ligne n’est pas suffisante pour rester compétitif. Les commerçants et e-commerçants doivent s’adonner à une analyse fine de leurs données.

En effet, grâce à des informations obtenues à partir de l’analyse des données, l’optimisation de la tarification, du placement des produits ou encore du déploiement du personnel est rendue possible. Par exemple, les tarifs peuvent être dynamisés par l’identification du jour de la semaine et à quelle heure certains articles ont été vendus. Une analyse fine des données collectées peut aussi expliquer les raisons de la vente de certains articles ou de ce qui a motivé les clients à visiter le magasin. La relation avec les fournisseurs qui revêt une importance particulière en période de crise, peut aussi être optimisée grâce à l’analyse des bonnes données, notamment pour déterminer quelles marchandises doivent être commandées afin d’éviter les goulots d’étranglement dans l’approvisionnement.

C’est en combinant ces informations avec l’analyse humaine que l’on créé de la valeur 

Pour autant, les quantités de données générées ne valent pas grand-chose à elles toutes seules. Bien que les solutions logicielles puissent les analyser, l’intelligence humaine est nécessaire pour prendre les bonnes décisions à partir de ces informations.

Il est évident qu’aujourd’hui, grâce aux solutions disponibles en libre-service, il n’est pas nécessaire d’être un Data Scientist pour relever le défi de la transformation numérique. L’important est donc de fournir aux employés des solutions logicielles intelligentes, de les former à leur utilisation, pour les aider dans l’interprétation des données.

Par conséquent, le challenge pour les commerçants est désormais de transformer leurs propres employés en Citizen Data Scientists.

La crise sanitaire a montré que les décisions fondées sur le numérique et les données sont désormais incontournables. Il faut convaincre les employés que se nichent dans les données de puissantes informations pouvant aider à faire passer les ventes et l’expérience client à un tout autre niveau. Une fois les employés convaincus, c’est aux dirigeants de leur fournir les bonnes solutions logicielles. C’est le sésame pour mettre en œuvre leurs compétences analytiques et bénéficier réellement de tous les avantages de la transformation numérique.