webleads-tracker

Trop d’informations pourraient perturber les prises de décisions

Trop d’informations pourraient perturber les prises de décisions

Les bonnes performances des organisations qui sont orientées « données et analytique » ne sont pas toujours à attribuer uniquement à l’exploitation des données. Sans une organisation mature, humaine, et des solutions logicielles ad hoc, l’exploitation des données peut générer une surcharge d’information qui entrave les décisions.

Selon un rapport d’Oracle Netsuite, « de nombreuses entreprises se sentent submergées par les bases de données qu’elles ont à disposition ». Bien qu’elles soient conscientes que les données sont d’une grande aide à la prise de décision, elles sont dépassées par l’importance des bases de données dont dispose leur organisation. Pour certains professionnels interrogés «  les bonnes solutions logicielles ne sont pas toujours à leur disposition », précise l’étude.

De nombreux sondés déclarent même qu’ils font plus confiance aux conseils de leurs collègues pour prendre des décisions importantes qu’aux outils de traitement des données à disposition. Cela est variable selon les régions et les secteurs d’activité.

1/3 des entreprises se disent « guidées par les données », car prenant leurs décisions de manière presque exclusive à partir de l’analyse des données

Le rapport a pour objectif l’identification de ce qui favorise et freine la croissance des organisations dans la région EMEA. Indépendamment des moteurs traditionnels du développement des entreprises, l’exploitation de la donnée joue un rôle important parmi les facteurs étudiés. 1/3 des entreprises se dit « guidé par les données », car prenant ses décisions de manière presque exclusive à partir de l’analyse des données commerciales dont il dispose.

Les résultats du rapport ne sont pas véritablement probants si l’on prend en compte les seuls chiffres. Parmi les entreprises dépassant leurs objectifs de croissance, 58 % déclarent être fortement orientées données commerciales et seulement 4 % ne tiennent aucunement compte de ces données. Mais aussi, la moitié de celles qui ne réalisent pas leurs objectifs de croissance ignore leurs données commerciales et seulement 1/4 sont fortement orientées données commerciales.

C’est quelque peu surprenant au regard de beaucoup d’études attribuant au seul usage de la donnée, et sans distinction aucune, les raisons de la performance des organisations qui réussissent.

En réalité, des facteurs impactent fortement les performances des organisations orientées données. Les secteurs dont les entreprises étudiées sont issues en est un parmi d’autres. Les secteurs bancaires et e-commerces bénéficient par exemple plus des apports de la donnée que les secteurs industriels.

Par ailleurs, l’exploitation de la donnée serait génératrice de stress. Cette tendance émergente apparait dans différentes études.

Par ailleurs, le facteur humain joue encore un rôle essentiel lorsqu’il s’agit de comparer et faire avec l’intuition et l’expérience des décideurs et les suggestions des machines. Le rapport d’Oracle nous apprend que parmi les « 42 % des entreprises se déclarant plus orientées données au cours des douze derniers mois, 60 % d’entre elles se classent uniquement dans la catégorie des entreprises data aware », leurs décisions ne reposent donc pas uniquement sur la donnée : elles prennent aussi en compte l’intuition de la direction générale. De plus, 8 % admettent ne pas prendre en compte les données de l’entreprise, suivant ainsi exclusivement l’intuition de la direction générale.

Par ailleurs, l’exploitation de la donnée serait génératrice de stress. Cette tendance émergente apparait dans différentes études.

Ce stress semblant être le fruit d’une surcharge d’informations est-il la résultante d’un déficit de compétences, de maturité des solutions logicielles, ou d’une organisation inadéquate pour une exploitation performante de la donnée ? Sans doute un peu de chacun.

L’intérêt de l’utilisation des données est incontestable, mais celles-ci ne peuvent produire tous leurs avantages que si l’organisation et ses membres utilisateurs, ainsi que leurs solutions logicielles, ont atteint la maturité pour ce faire.