webleads-tracker

 

Les services Cloud sont remis en question par les européens

Les services Cloud sont remis en question par les européens

L’association des directeurs des systèmes d’information européens EuroCIO met en lumière une progression moindre de l’appel aux services Cloud au profit de dispositifs alternatifs.

Contre disant certains autres rapports, l’étude de satisfaction fournisseurs d’EuroCIO constate une baisse sensible du rythme d’adoption des services Cloud.

Parallèlement, l’étude révèle une progression des tentatives de sortie des services. Ainsi, 20 des 100 DSI de grandes organisations questionnées déclarent opter pour une réduction de leur usage de services Cloud. La raison principale serait liée à des tarifications pratiquées par les fournisseurs Cloud, jugées trop élevées.

Excepté SAP, les fournisseurs de services Cloud sont tous américains, SAP et Oracle sont l’objet d’une grande partie des reproches.

La facturation établie par le système SAP en fonction des transactions/documents est jugée non convaincante par les entreprises européennes. Un jugement partagé en France par l’association des grandes entreprises et administrations publiques (Cigref).

Un taux de satisfaction particulièrement faible en ce qui concerne la protection des bases de données

Par ailleurs, les contrats considérés comme « inflexibles et non transparents » d’Oracle, les audits comme « hostiles », sont les griefs les plus cités par les DSI.

Quant à Microsoft, le premier grief est que le groupe américain n’offre pas la possibilité à ses clients d’utiliser des outils de contrôle de leur capacité et de leurs coûts dans le Cloud Azure.

Autre géant des USA à être critiqué par les directeurs des systèmes d’information européens interrogés pour les besoins de l’étude, Google. La firme californienne obtient en effet un taux de satisfaction particulièrement faible en ce qui concerne la protection des bases de données.

Enfin, Amazon Web Services (AWS), champion mondial des services Cloud d’infrastructure (IaaS/PaaS), IBM et Salesforce, sont également l’objet de griefs. Même si ceux-ci sont moins importants…

EuroCIO est composé de mille directeurs des systèmes d’information d’organisations et administrations européennes. Ce réseau de DSI a transmis les résultats de l’étude et à la Commission européenne. Une institution avec laquelle l’organisation à but non lucratif travaille.