webleads-tracker

 

La réussite d’un projet data implique l’ensemble des services de l’entreprise

La réussite d’un projet data implique l’ensemble des services de l’entreprise

La donnée est devenue LA denrée stratégique des entreprises. Mais la réussite d’un projet bâti à partir de la collecte et de l’analyse des données ne dépend pas que d’un seul service. La réussite d’un tel projet implique aussi bien le haut managementque les services techniques, juridiques, marketing/ventes, stratégie, ou encore celui des ressources humaines.

En premier lieu, la mise en place d’un projet Data doit être décidée collégialement et validée par le haut Management. Elle nécessite d’être pilotée par un responsable, le Chief Data Officer. Celui-ci doit évidemment être intégré au comité de direction, garantie pour ses membres que son déploiement et ses orientations seront en adéquation avec la stratégie de l’entreprise. Il pourra également effectué des comptes rendu de l’état d’avancement du projet auprès de la direction et l’ajuster en fonction des besoins exprimés par le conseil d’administration ; notamment sur les axes marketing/ventes.

Il est donc absolument nécessaire que le traitement des données réponde aux besoins de la stratégie de l’entreprise  

Le Chief Data Officer doit prendre en compte les attentes des services marketing commercial. Les deux doivent absolument être en convergence. Le marketing analysera les données de deux manières : comportementale, précisément pour mettre en place d’opérations promotionnelles « multicanal » ; ou segmentaire, pour l’identification et un ciblage affiné des prospects. Pour le commercial, cela va participer à l’enrichissement de ses solutions CRM (gestion de la relation client) et d’être également plus pertinentsur les réseaux sociaux grâce au « social selling ».

Il est donc absolument nécessaire que le traitement des données réponde aux besoins de la stratégie de l’entreprise. Le marketing et le commercial doivent en conséquence participer conjointement à la qualification de la nature des données à collecter. Ce n’est qu’après cette opération que les services informatiques rentrent en jeu.

En effet, la collecte, le traitement et le stockage des données consomment d’importantes ressources matérielles. Pour autant, les techniciens informatiques n’ont pas besoin d’être impliqués dès le début du projet. En revanche, le CDO et le CTOdoivent en amont, ensemble, définir une feuille de route. Celle-ci permettra au CTO d’avoir une idée précise sur le long terme des contraintes techniques associées au projet.

Parallèlement aux dimensions techniques du projet, la collecte des données comporte aussi des contraintes juridiques et éthiques.

L’organisation peut se voir confrontée à des productions de bases de données ne correspondant pas à ses besoins

La donnée est étroitement associée aux problématiques de droit des personnes. À titre d’exemple en la matière, le respect du RGPD est à cet égard prioritaire pour toute organisation stockant de la donnée. Cette exigence réglementaire ne saurait être traitée uniquement par les services techniques. Ce sont les juristes de l’entreprise qui informent le CDO de l’encadrement légal de l’utilisation des données, ainsi que les autres services de l’entreprise qui pourraient en disposer.

Enfin, il n’est pas toujours aisé de faire collaborer ensemble plusieurs services d’une même entreprise. Dans ce cas, les Ressources Humaines peuvent jouer un rôle de fédérateur entre les multiples intervenants. Car, si les collaborations entre le CDO et les différents services cités ne sont pas fluides et effectives, l’organisation peut se voir confrontée à des productions de données ne correspondant pas à ses besoins, et sans doute le pire, à ne pas être en conformité avec les règlementations en vigueur sur les données personnelles.

Sans cette pleine collaboration entre tous les services, le projet Data ne pourra sans doute pas répondre de façon satisfaisante aux objectifs de l’organisation.