webleads-tracker

 

Les organisations françaises en déficit de stratégie « data »

Les organisations françaises en déficit de stratégie « data »

Une étude réalisée par IDC France met en lumière le « gap » demeurant entre la conscience des directions métier du rôle stratégique des données et l’état réel des projets de transformation numérique des entreprises françaises.

Pour cette enquête, IDC a questionné environ 150 responsables de directions métiers d’organisations françaises du secteur privé. Si 9 sur 10 d’entre eux sont convaincus du rôle stratégique des données, moins de 50% ont mis en place un dispositif big data et moins de 10% des solutions prédictives à base d’IA.

Vers une meilleure qualité des données

40% des directions métiers sondées regrettent un déficit de stratégie claire de la part de leur entreprise en matière d’analyse des données. Parmi leurs objectifs prioritaires, l’atteinte d’une meilleure qualité des données est visée par 62% des questionnés. 47% d’entre eux espèrent pouvoir disposer d’analyses de données en temps réel.

Trop dépendre des services IT est un véritable frein

Les freins de nature technique, comme une volumétrie de plus en plus importante sont réels, mais d’autres de type organisationnel sont tout aussi difficiles à desserrer. En effet, 50% des sondés déclarent dépendre du département IT pour ce type de transformation, faute de service dédié à l’exploitation des données. Si plus de 3 responsables questionnés sur 10 attendent une plus grande réactivité de la part de leur département IT quant à leurs projets data, la même proportion d’entre eux souhaiterait a contrario être plus autonome sur ce type d’initiative. 33% des questionnés désireraient notamment être en capacité d’analyse de plus grosses masses de données, et 45% regrettent la lenteur de création d’une application.

Sur le plan des solutions technologiques, celles d’analyse prédictive s’appuyant sur l’Intelligence Artificielle intéressent fortement. L’adoption de ces solutions est en effet prioritaire pour 26% des responsables métier, même si 63% des d’entre eux déclarent ne pas avoir encore entamé  ce type de déploiement Parmi les organisations ayant déjà déployé de telles solutions, on compte 15% des entreprises de plus de 1 000 salariés, mais seulement 4% d’ETI (entre 500 et 999 salariés).

Les services commerciaux sont évidemment très intéressés par l’apport de solutions prédictives. Ainsi 35% d’entre eux ont déjà adopté et mis en place ce type de solution pour les assister dans la génération de leads ou la conclusion de ventes. Les services de la production ne sont pas en reste. 25% sont en effet intéressés, notamment par la maintenance prédictive et l’optimisation de la productivité. Enfin, près d’1 service marketing sur 4 exploite déjà cette technologie, pour une meilleure anticipation de la consommation ou de la perte de clients, l’optimisation des ventes additionnelles et croisées et l’augmentation de l’efficacité de leurs opérations marketing.