webleads-tracker

 

L’exploitation de la donnée : le nouvel Eldorado du secteur automobile

L’exploitation de la donnée : le nouvel Eldorado du secteur automobile

Qu’est-ce que partagent les constructeurs automobiles comme Ford, Škoda et le groupe Bernard, second réseau de distribution automobile français ?

Chacun d’entre eux a intégré la donnée, l’optimisation de l’exploitation de leurs bases de données, au cœur de leur stratégie d’entreprise pour améliorer leur relation client.

Optimisation des bases de données : d’une façon générale, les constructeurs automobiles et leurs distributeurs ont été convaincus de l’intérêt de la donnée, de l’enrichissement de leurs bases de données dans la performance globale de leurs organisations. Les innovations technologiques (véhicule connecté, Internet mobile géolocalisé…), l’arrivée des nouveaux géants digitaux sur le marché automobile (Uber, Tesla, Google…) et l’évolution des attentes, poussent les constructeurs traditionnels à se mettre au niveau digital pour ne pas rester sur le bas-côté.

Le stockage traditionnel des bases de données en silo des acteurs de l’automobile signifie une double révolution, à la fois organisationnelle et culturelle. Dans le cas du constructeur Ford, la première étape de sa stratégie fut la mise en place d’une DMP (Data Management Platform), afin de procéder à l’agrégation de ses bases de données métier, historiquement cloisonnées. Une fois les bases de donnée disponible en interne de façon décloisonnée et mutualisée, la seconde étape fut leur enrichissement avec de la donnée comportementale third party.
Et bien entendu, la donnée étant peu de chose sans son exploitation humaine, il a fallu instiller une « culture de la donnée » dans les équipes afin d’homogénéisation de l’usage métier de la data.

L’expérience du constructeur Škoda aboutit à ce que la donnée soit aujourd’hui le point de départ d’une nouvelle ère vertueuse pour les marketeurs. La donnée contribue à une meilleure connaissance des profils clients, selon la catégorie de véhicule, le modèle et les finitions. Les marketeurs peuvent donc améliorer le ciblage de leur audience et optimiser le ROI des campagnes médias. L’enrichissement des données comportementales third party permet l’affinement de la connaissance des attentes des différentes cibles.

L’étude du cas des distributeurs multi-marques indépendants est nécessaire pour comprendre en quoi la data est par nature fragile. En effet, si le constructeur est bien à l’initiative de son projet data, avec l’objectif d’augmenter les performances de sa marque, les datas exploitées sont le plus souvent collectées par les concessions locales. Pour être couronné de succès, un projet data exige donc une collaboration très étroite entre tous les acteurs de la chaine de valeur, les réseaux de distribution devant garantir la fiabilité de la donnée remontée et les constructeurs devant exploiter l’ensemble des données pour prendre des décisions stratégiques.

Toutes ces informations sur l’optimisation des bases de données sont présentées dans le livre blanc « Usages et bonnes pratiques de la data sur le secteur automobile », co-réalisé par Weborama et AAA Data.
https://weborama.com/fr/livre-blanc-auto/