webleads-tracker

 

RGPD : mais où sont hébergées mes datas ?

RGPD : mais où sont hébergées mes datas ?

RGPD : elles étaient pourtant largement alertées… Une étude commanditée par l’éditeur Senzing nous révèle que nombre d’entreprises ignorent le lieu d’hébergement de leurs bases de données, et ce à l’approche rapide de la mise en vigueur du RGPD.

Pour dire la vérité, si la CNIL se mettait à sévir, les entreprises françaises seraient lourdement sanctionnées, car se trouvant dans le non respect du nouveau règlement européen. C’est ce que nous enseigne l’étude réalisée auprès de mille cadres européens.

Les résultats concernant les entreprises françaises sont pour le moins alarmants. 27 % des entreprises françaises « ne sont pas certaines » de connaitre le ou les lieux de stockage de leurs bases de données. 31 % des entreprises hexagonales se disent « préoccupées » par leur capacité à se mettre en conformité avec le RGPD.

Beaucoup d’entreprises questionnées ignorent d’ailleurs ce que signifie réellement l’entrée en vigueur du RGPD et pensent qu’elles ne seront pas particulièrement affectées. Pas plus d’un tiers d’entre elles ont une idée de l’importance des amendes financières encourues par les entreprises qui ne seraient pas en conformité. Et elles sont même 24 % à déclarer que les amendes financières n’auront aucun impact ; 19 % à n’avoir aucune idée de l’impact des sanctions financières.

En ce qui concerne leurs actions de mise en conformité avec le RGPD, les entreprises françaises ne semblent pas dans l’urgence de préparation…

52 % d’entre elles ignorent même quel changements vont être opérés dans leur entreprise, ou sont persuadés que leur configuration actuelle est déjà aux normes (respectivement 18 % et 34 %). Heureusement, 34 % ont prévu une réorganisation de leurs systèmes de données informatiques/clients, et 16 % l’externalisation de leurs bases de données. Dans l’ensemble de l’Union Européenne, les grandes organisations sont plus proactives. 64 % envisagent la restructuration de leur système informatique, et un tiers l’embauche d’analystes.