webleads-tracker

 

Environ 2/3 des entreprises françaises envisagent de recruter pour le RGPD

Environ 2/3 des entreprises françaises envisagent de recruter pour le RGPD

Afin que le fonctionnement d’entreprise respecte les nouvelles exigences du RGPD, 65 % des entreprises sont en recherche de nouveaux profils. C’est ce que nous apprend une étude du cabinet de recrutement Robert Half.

Dès le 25 mai 2018, chaque entreprise devra compter un délégué à la protection des données personnelles (DPO) au sein des bases de données. L’étude révèle que 35 % considèrent que le RGPD exige le recrutement d’un gestionnaire de projet et 19 % pensent que l’embauche d’un DPO sera une nécessité incontournable.

Le cabinet Robert Half, pour réaliser son étude, a questionné 300 directeurs généraux et managers et 200 directeurs des systèmes informatiques, gestionnaires de baes de données, en France, sur les conséquences en matière de compétences et de recrutement, générées par le RGPD.

L’étude dévoile que 66% des entreprises françaises sont en recherche de gestionnaires de projet ou de DPO.

Dans l’idéal, le DPO est un juriste, spécialiste des nouvelles technologies, en capacité de sécuriser le traitement des bases de données, grâce à des compétences techniques afférentes aux systèmes d’information.

« Il y a peu de candidats possédant les compétences ad hoc pour gérer les problématiques liées au RGPD sur le marché, et la demande de DPO est de plus en plus importante », déclare Bruno Fadda, directeur chez Robert Half.

Conséquence, « ce sont les gestionnaires de projet et les analystes commerciaux, bénéficiant par exemple, d’une expérience en certification ISO, qui justifient des capacités requises pour offrir leur soutien ».