webleads-tracker

 

Le Big et le Smart Data sont à leurs balbutiements d’exploitation

Le Big et le Smart Data sont à leurs balbutiements d’exploitation

L’exploitation des datas est plus que jamais stratégique pour les entreprises. En prise avec une compétitivité toujours plus grande, l’identification de toute la valeur ajoutée des données, l’extraction de tout leur potentiel peut faire toute la différence.

Les données sont devenues essentielles à la prise de décision pertinente en entreprise : leur analyse permet la construction de stratégies efficaces et pertinentes que ce soit pour la résolution de problématiques internes qu’en matière de relation client. Le Big Data, c’est la porte grande ouverte à l’innovation, au développement des ventes, des bénéfices, l’attaque de nouveaux marchés, l’acquisition de nouveaux clients, et la création de nouvelles offres. C’est aussi un vivier inépuisable pour des algorithmes qui apprennent, reproduisent, prédisent et nous aident à décider. Plus les données sont nombreuses et riches en information, plus la performance des algorithmes sera importante.

La sous-exploitation des bases de données

Aujourd’hui, seul un faible pourcentage des données est réellement exploité par les organisations. La principale cause de ce déficit d’exploitation provient du fait que collecter, stocker et exploiter des données coûtait jusqu’à présent plus cher  que la valeur créée par leur exploitation. L’importance de leur volume nous impose donc une démarche totalement autre, à savoir que devant l’impossibilité d’appréhender toutes ces informations,  au lieu de tenter en vain de résoudre l’impossible, faisons appel aux mathématiques.

Ces données sont devenues aujourd’hui actionnables, plus celles-ci sont nombreuses, plus les déductions qui en sont tirées seront justes.

Les champs du possible sont immenses. Leurs limites peuvent être juridiques, déontologiques ou tout simplement liés à nos capacités de captage et stockage de l’information.

Quid de la finalité de l’exploitation des bases de données

C’est aujourd’hui la course vers un bien immatériel : les données. Les leçons du passé ne sont que rarement retenues: de très nombreux projets apparaissent uniquement imaginés sous l’angle technique sans s’interroger préalablement sur leurs finalités, au risque prévisible d’essuyer malheureusement des échecs. Ce type d’approche ne présente que des désavantages : progression des coûts, quasi absence de conduite du changement, constitution d’une « élite » de « sachants » souvent dans l’incapacité de partage et d’explication de leurs travaux.

Ce type de projet ne peut bien fonctionner que s’il est développé par une équipe pluri disciplinaire forte de talents éclectiques. Le travail sur l’identification de ses finalités rendra aussi plus facile son appropriation et donc la conduite du changement. Les conséquences sur la collecte de données seront positives, en privilégiant le plus exploitable dans le cadre de la stratégie adoptée avant de procéder à son élargissement par la suite. C’est le Smart Data.

Le Big Data et le Smart Data sont à leurs balbutiements d’exploitation. Les technologies sont en pleine évolution générant ainsi de nouveaux usages et expérimentations. Beaucoup d’entre elles ne viennent qu’apparaître et il faut s’attendre à en voir surgir d’autres dont nous n’avons aujourd’hui  aucune idée…