webleads-tracker

 

Big data: quels axes d’exploitation et de valorisation des données?

Big data: quels axes d’exploitation et de valorisation des données?

Exploiter les données devenant plus simple, la transformation numérique des entreprises s’accélère.

Les données sont une denrée devenue essentielle à l’optimisation des performances de vente, à la personnalisation du service client, à un ciblage affiné d’une offre et à l’enrichissement des bases de données de l’entreprise, alimenté au fil des années.

C’est désormais une réalité incontournable, les entreprises vivent cette révolution où l’enrichissement des bases de données est devenu primordial, la donnée reine. Après le temps de la fantasmagorie liée au Big Data, place au réalisme et au pragmatisme opérationnel.

Jusqu’à encore récemment, la seule problématique était d’abord de collecter la donnée, de la stocker et de constituer des bases de données marketing exploitables. Aujourd’hui, celle de la valorisation des données s’impose. Le souci est que toutes les entreprises n’ont pas encore acquise la maturité technique ou stratégique suffisante pour une exploitation optimale de leurs bases données.

Big data: quels axes d’exploitation?  

Le principal axe d’exploitation, c’est celui de la compréhension des données collectées auprès des clients et des fournisseurs de l’entreprise. L’analyse des diverses informations recueillies auprès d’un prospect/client (navigation sur un site web, achats, questions au SAV, etc.), permet d’anticiper l’expression de ses besoins. Dans une étude consacrée aux exploitations actuelles du Big Data, Umanis, spécialiste de la data, fait un état des lieux des usages que font les entreprises de leurs données.

L’étude nous révèle que 23% des entreprises se donnent comme priorité l’exploration des données; 17% privilégient l’exploitation prédictive des données. En résumé, la meilleure compréhension des clients qu’apporte l’exploitation des données, permet d’anticiper leurs aspirations et de répondre avant leurs concurrents à leurs besoins. 

Quels sont les bénéficiaires de l’exploitation des données ? 

Si l’on considère le profit financier lié à l’exploitation des bases de données, les entreprises les plus matures sont grandement bénéficiaires. Mais le consommateur, le citoyen, peut aussi être bénéficiaire de l’exploitation des données. La municipalité de Rennes a par exemple créé un Bureau des temps. Celui-ci exploite les données de localisation générées par les opérateurs de téléphonie mobile pour une meilleure compréhension des flux de population et ainsi mieux définir, par rapport aux flux, les horaires des transports en commun.

Des chaînes de distribution font aussi appel à ce type de données pour choisir l’implantation de leurs points de vente. En effet, l’analyse des déplacements de population intra-urbains, l’établissement d’une cartographie de fréquentation des lieux, quartiers, serviront à définir les stratégies d’implantation commerciale.

En fin de compte, au delà des usages, des objectifs et des perspectives tant pour les marques, les institutions et in fine les citoyens, ce qui est prioritaire, c’est bien la sécurisation nécessaire de ce qui constitue l’or noir du 21e siècle: les données personnelles des citoyens. Le RGPD impose dorénavant des règles législatives.

Seront-elles suffisantes? Seul l’avenir le dira.