webleads-tracker

 

Des flottes automobiles écologiquement propres, c’est pour quand ?

Des flottes automobiles écologiquement propres, c’est pour quand ?

L’Automobile & L’Entreprise, en collaboration avec Hyundai Entreprises vient de publier un rapport prospectif sur l’avenir des flottes automobiles. Bien que 8 entreprises sur 10 aient adopté une approche plus écologique de leur fonctionnement, beaucoup reste encore à faire. Les nouvelles normes apparues dernièrement sont encore souvent ignorées des gestionnaires de flottes.

Pour autant, face aux évolutions de notre société, lorsqu’il s’agit de choisir des véhicules, la performance écologique est devenue le second critère de choix des gestionnaires de flottes (49 %), juste après le « prix  » (64 %). Une bonne nouvelle pour la réduction des émissions de CO2.

Ce résultat cache toutefois une réalité plus contrastée. Si les flottes automobiles de plus cent véhicules ont déjà adopté cette démarche écologique, cette tendance  reste faible pour les flottes de plus petite taille. Bien que 60 % des sondés déclarent ignorer les enjeux des nouveaux tests la norme WLTP 2018 (système de mesures consommations et d’émissions à l’échappement des véhicules), 71 % souhaitent davantage de véhicules propres.

L’électrique et l’hybride ont le vent en poupe

Les véhicules diesel sont encore majoritaires au sein des flottes. Leur nombre ne devrait pas augmenter, et plutôt diminuer… Cette tendance s’inscrit parallèlement à celle d’une progression sensible des nouvelles énergies comme l’électrique ou l’hybride, déjà présentes dans 33% des flottes. Pour autant, l’autonomie, le prix et le manque de bornes de recharge, constituent des freins évidents à l’achat de ces véhicules.

Enfin, il ressort du rapport un besoin d’informations rassurantes quant aux avantages d’utilisation des véhicules propres ainsi que sur les dispositifs législatifs et fiscaux à venir…

Avec près de 40 % des questionnés qui n’ont encore aucun véhicule propre au sein de leur flotte automobile, on est encore loin de la démocratisation des flottes écologiques. Pour les motiver à acquérir plus de véhicules propres, 50% des gestionnaires considèrent les aides financières gouvernementales et l’augmentation de la fiscalité sur les carburants comme des leviers efficaces.